Se connecter S’abonner

Forfait à vie : l’UFC-Que Choisir porte plainte contre Red by SFR

L’association de défense des consommateurs a annoncé mardi 11 mai porter plainte contre le fournisseur de téléphonie SFR pour des pratiques commerciales trompeuses.

pouvoir d'achat
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA/1606211701.

« Les consommateurs doivent garder à l’esprit qu’ils ont le dernier mot » : le communiqué de l’UFC-Que Choisir se veut clair et incisif. L’association de défense des consommateurs a annoncé mardi 11 mai qu’elle a déposé plainte devant le tribunal judiciaire de Paris à l’encontre de SFR pour des pratiques commerciales trompeuses. En cause, le forfait RED by SFR, « sans engagement et sans condition de durée » : l’opérateur de téléphonie mobile aurait proposé ce forfait pour « séduire les consommateurs (…) avant d’augmenter ses tarifs », précise le communiqué. L’association rappelle que le client peut résilier son contrat en conservant son numéro.

Ainsi, l’UFC-Que Choisir liste les actions menées par SFR pour séduire les nouveaux clients, entre janvier 2018 et décembre 2019, avec ses forfaits RED by SFR qui promettaient le maintien du prix sans limite de temps. Des centaines de milliers d’abonnés ont souscrit à cette formule, précise l’association, avant de se voir appliquer une augmentation de tarifs entre septembre et décembre 2020, des hausses de 30 à 75% du prix initial selon les cas. Les consommateurs ont réagi, en créant des groupes sur Facebook, ou encore des pétitions, et en témoignant auprès de l’UFC-Que Choisir. Cette dernière a donc déposé plainte et compte non seulement faire condamner SFR, mais aussi obtenir des indemnités pour les abonnés.

Changer d’opérateur, pas de numéro

Par ailleurs, l’association déplore une généralisation de pratiques trompeuses de la part des opérateurs de téléphonie mobile. L’UFC-Que Choisir rappelle que le consommateur peut changer d’opérateur en gardant son numéro de téléphone face à une hausse de tarif. Il s’agit « d’une arme redoutable pour lutter efficacement contre les dérives tarifaires des opérateurs télécoms », précise le communiqué.