Se connecter S’abonner

Vacances : que faire si vous êtes victime de surbooking ?

L’été rime souvent avec vacances et parfois avec surbooking. Voici quoi faire si vous êtes confronté à cette situation.

surbooking

Il arrive que certaines compagnies aériennes vendent plus de billets que de places disponibles. Pour ne pas laisser la pratique du surbooking gâcher le début de vos vacances, qui peut se solder par un refus d’embarquement faute d’un siège de libre, le site Weblex a compilé différents leviers à actionner pour obtenir une assistance et une indemnisation financière. Si la pratique est autorisée par la loi, la réglementation européenne prévoit également des dédommagements pour le passager lésé.

Quelle que soit la compagnie aérienne avec laquelle vous deviez vous envoler, elle vous couvre si le pays de départ et le pays d’arrivée sont situés en Europe. Elle vaut également si le pays de départ est en Europe et le pays d’arrivée hors d’Europe. Enfin, vous pourrez également bénéficier de sa protection si le pays de départ est hors d’Europe et le pays d’arrivée en Europe, à condition que la compagnie aérienne soit de nationalité européenne.

Si vous embarquez à bord d’un autre vol

Dans l’un de ces cas, deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez décider d’attendre un autre vol, vers la destination que vous aviez initialement choisie. Dans ce cas, la compagnie doit vous offrir le vol, dans des conditions similaires à celui que vous aviez réservé, et ce, sans frais supplémentaires. En attendant ce vol, la compagnie ayant pratiqué le surbooking devra veiller, à ses frais, à ce que vous puissiez vous rafraîchir et vous restaurer. Enfin, la réglementation lui impose également de vous garantir l’hébergement et le transport entre l’aéroport et le lieu d’hébergement si vous n’avez pas la possibilité de voyager le jour même. Plus accessoire, la compagnie est aussi tenue de vous laisser passer deux appels téléphoniques ou bien envoyer un mail, un télex, etc.

Si vous renoncez à votre voyage

Si vous préférez renoncer à votre vol, votre billet d’avion devra vous être remboursé intégralement dans un délai de sept jours. Par ailleurs, la compagnie aérienne devra aussi vous fournir un document écrit expliquant pas à pas comment demander une indemnisation. Le montant auquel vous pouvez avoir le droit variera selon différents critères. Dans le cas d’un vol d’une distance maximale de 1.500 km, l’indemnisation versée est de 250 euros. Mais si le retard ne dépasse pas deux heures, elle atteindra 125 euros. Autre cas de figure, si la distance parcourue par le vol dépasse les 1.500 km sans quitter l’Union européenne (UE), l’indemnisation sera alors de 400 euros, ou 200 euros si le retard ne dépasse pas trois heures. Des montants qui ne varieront pas si la distance parcourue par le vol est comprise entre 1.500 et 3.500 km ou si le retard n’excède pas trois heures.

Mais si la distance parcourue devait dépasser les 3.500 km, alors l’indemnisation sera de 400 euros pour un vol au sein de l’UE, ou 200 euros si le retard ne dépasse pas deux heures. Si le trajet s’effectue entre un pays de l’UE et un pays hors UE, l’indemnisation grimpera à 600 euros, ou 300 euros si le retard n’excède pas quatre heures.