Se connecter S’abonner

Maison occupée illégalement : un couple de retraités contraint de vivre dans son camping-car

Malgré une ordonnance d’expulsion, un couple de retraités marseillais ne parvient pas à récupérer sa maison. Il vit depuis deux ans dans un camping-car.

maison
Capture d’écran ©BFMTV

L’affaire illustre les difficultés que peuvent rencontrer des propriétaires lorsque leur maison est occupée et la longueur des procédures. Un couple de retraités marseillais vit depuis deux ans dans un camping-car alors qu’il est propriétaire d’une maison, rapporte BFMTV. La justice a confirmé depuis plusieurs mois l’illégalité de l’occupation, mais l’application se fait attendre. Le couple craint donc de devoir passer un nouvel hiver dans son véhicule. La locataire assure de sa bonne foi et affirme avoir été mal conseillée par l’agence immobilière.

La pression de la trêve hivernale

Le couple était parti en 2017 pour un tour d’Europe en camping-car qui devait durer deux ans et avait donc mis son bien en location. Mais des soucis de santé l’ont obligé à revenir rapidement. Il a tenté de récupérer son bien, mais la locataire, titulaire d’un contrat, a refusé de partir. Les propriétaires se sont donc retrouvés dans l’impasse. La situation s’est encore dégradée au cours des derniers mois. Le contrat arrivé à échéance, la locataire n’est pas partie pour autant, invoquant des difficultés financières. Les propriétaires affirment qu’elle a cessé de payer le loyer, ce qu’elle conteste, disant avoir simplement du retard dans celui d’août.

Toujours est-il qu’en avril dernier, la justice a ordonné l’expulsion, exécutable à compter du 14 septembre. Mais la locataire n’a toujours pas quitté les lieux, et la décision n’a toujours pas été exécutée. Les propriétaires sont donc particulièrement inquiets. Car si la désormais squatteuse affirme à BFMTV qu’elle sera partie « avant Noël », pour le couple elle « fait tout ce qu’elle peut pour retarder l’échéance ». Si elle est encore dans les murs au 31 octobre, ils devront passer un autre hiver dans leur camping-car. La trêve hivernale suspendant l’expulsion ne prendra fin que le 31 mars. La préfecture des Bouches-du-Rhône assure que le dossier sera examiné « dans les meilleurs délais » et « avec la plus grande attention ».