Electricité : hausse exceptionnelle des tarifs réglementés, c’est fait !

Surprise, alors que la hausse des tarifs réglementés de l’électricité n’intervient habituellement qu’une fois par an au mois d’août, le gouvernement vient de décider d’une augmentation exceptionnelle Explications.

Situation jamais vue depuis des années, les tarifs réglementés de l'électricité vont augmenter par deux fois en 2018. ©Istock

Le gouvernement n’a pas trainé. Deux semaines après la proposition de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) d’augmenter exceptionnellement les tarifs réglementés de l’électricité (TRVE), l’exécutif vient de donner son aval par le biais d’une décision parue au Journal officiel.

Ainsi, les 27 millions de foyers abonnés aux Tarifs bleus d’EDF payent plus cher leur électricité depuis le 1er février : +0,7% en moyenne pour les particuliers, +1,6% pour les professionnels. En 2018, c’est donc deux réévaluations des tarifs réglementés que les consommateurs vont subir : la première dès maintenant et la suivante en août prochain, mois habituel de réévaluation des TRVE. Une double augmentation annuelle qui n’est pas arrivée depuis des années !

Des tarifs réglementés victimes de l’augmentation des CEE

A quoi doit-on cette augmentation supplémentaire ? En grande partie à la hausse des obligations qui pèsent sur les fournisseurs, et donc EDF, en termes de certificats d’économies d’énergie (CEE). Car ces dernières ont été presque doublées par le gouvernement pour la période 2018 – 2020. A la charge financière des fournisseurs, les CEE se matérialisent par des actions de promotion de l’efficacité énergétique : distribution d’ampoules gratuites pour les foyers aux revenus modestes, aides à l’acquisition de chaudières énergétiquement vertueuses, travaux d’économie d’énergie…

A LIRE >>> Fin des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité : les concurrents d’EDF et d’Engie proposent un calendrier

Pour EDF, par exemple, ces dépenses s’élèveront à 650 millions d’euros en 2018, selon la CRE, soit deux fois plus qu’en 2017. Une augmentation des coûts qu’il fallait forcément compenser, en la répercutant sur les consommateurs finaux, afin que les tarifs Bleus d’EDF ne soient pas perçus comme plus avantageux que les offres concurrentes du marché. Le mécanisme des CEE pèse, en effet, sur l’ensemble des fournisseurs,  publics comme EDF ou privés comme Direct Energie, Eni, Total Spring ou EkWatteur. L’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité permet donc de ne pas favoriser l’un au détriment des autres.

A LIRE >>> Electricité : un achat groupé inédit destiné à certains clients d’EDF

Sur le même thème

Prix de l'électricité Prix de l'énergie

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique