Tarifs de l’électricité: et si l’augmentation était moins élevée que prévu ?

L’Autorité de la concurrence demande à la Commission de régulation de l’énergie de revoir le taux prévu pour la prochaine augmentation des prix de l’électricité.

L'Autorité de la concurrence demande au gouvernement de revoir sa copie. Crédit: Istock

Nouveau rebond dans le feuilleton de l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité, les tarifs Bleus d’EDF. Après avoir été gelés durant l’hiver, le temps que la crise des « gilets jaunes » passe, François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire, annonçait vendredi 22 mars que l’augmentation s’effectuerait « sans doute » en juin, et qu’elle serait comprise « entre 5 et 6% ». Un taux conforme aux recommandations de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui avait proposé en février une augmentation de 5,9% TTC (7,7 HT), rappellent Les Echos.

Clarifier la hausse

Cependant, lundi 26 mars, l’Autorité de la concurrence s’est permis d’ajouter son grain de sel. Dans un avis, elle « déconseille d’augmenter les tarifs réglementés de vente sans clarifier au préalable les objectifs qu’ils doivent poursuivre ».

A LIRE >>> En 2018, plus de 572 000 foyers ont vu leur gaz ou électricité coupés à cause d’impayés

Selon l’autorité, l’augmentation prévue est défavorable au 28 millions de clients des tarifs Bleus d’EDF car elle ne correspond pas « à une augmentation des coûts de fourniture d’EDF [ce qu’elle devrait être normalement, NDLR] mais [a] pour but de permettre aux concurrents d’EDF de proposer des prix égaux ou inférieurs » aux tarifs réglementés. La proposition de la CRE se justifierait par l’augmentation générale des cours de l’électricité liée à l’accès par les concurrents d’EDF au parc nucléaire historique. « L’application de cette méthode traduirait un changement de nature des tarifs réglementés de vente de l’électricité en France qui consisterait à les transformer en un ‘prix plafond’ du marché de détail », note l’Autorité.

Revoir la copie

Pour l’autorité, « cela a pour conséquence de faire supporter la charge financière aux consommateurs plutôt qu’aux fournisseurs ». Elle « recommande par conséquent au Gouvernement de faire procéder avant le 7 mai 2019 à un réexamen de la légalité et de l’opportunité de la méthode proposée. Elle recommande également de demander une nouvelle délibération de la CRE », pour que le taux de l’augmentation soit explicité voire réévalué. A la baisse ?

Sur le même thème

Prix de l'électricité Tarifs réglementés de l'électricité

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique