Catégories : Energie

Copropriété: des répartiteurs de frais de chauffage devront être installés… si c’est rentable

C’est officiel depuis le 24 mai 2019 : les immeubles collectifs dotés d’un chauffage central doivent comporter des compteurs individuels pour mesurer la quantité de chaleur consommée par chaque logement ou local commercial. Un décret paru au Journal officiel ces derniers jours est venu mettre en application cette disposition de la loi Elan (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, votée en novembre 2018).

Si le coût de l’installation des compteurs individuels est excessif par rapport aux économies d’énergie et donc financières, le syndic n’est pas tenu à les installer. Cependant, « d’autres méthodes peuvent être installées » pour faire les mesures. Aussi, « ces appareils permettent d’individualiser la consommation de chaque local et de relever à distance leur consommation. Ces obligations s’appliquent également aux immeubles […] pourvus d’une installation centrale de froid ».

A LIRE >>> La fin du glyphosate aura-t-elle un effet sur vos charges de copropriété?

L’efficacité en question

Pour l’association de consommateurs UFC-Que choisir, en mettant en place cette disposition, l’Etat reconnaît que les répartiteurs sont l’équivalent des compteurs individuels d’énergie thermique. « Il s’agit d’une aberration totale car en réalité, les répartiteurs n’ont aucune aptitude à compter la quantité de chaleur consommée. Ils sont incapables de la mesurer », écrit l’association dans un article. De multiples erreurs peuvent intervenir dans la mesure. Certains répartiteurs ont surestimé la consommation de 80% comme ils ont pu la sous-estimer de 30%. Même l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie doute de l’efficacité des répartiteurs. Elle a demandé en 2017 une nouvelle étude sur l’individualisation des frais de chauffage pour prouver son efficacité en termes d’économies.

Cependant, le gouvernement a fait un geste en faveur de l’Association des responsables de copropriété en exonérant les immeubles où l’installation serait peu rentable. Et c’est aussi le cas des immeubles qui consomment peu. Un arrêté sera pris pour expliciter certains points de ce décret notamment les seuils de consommation des immeubles qui ne seront pas soumis à l’obligation d’installation.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre
Mots-clés : CopropriétéEnergie

Articles récents

La Bourse de Paris sans réelle tendance

Le CAC 40 après avoir ouvert en hausse est revenu à l’équilibre en début de matinée. Les marchés adoptent de…

09/07/2020 10:31

SCPI fiscales ou SCPI de rendement : pourquoi il ne faut pas les confondre ?

Il existe des différences entre SCPI fiscales et celles dites de rendements. Découvrez quelles sont les points de divergences en…

09/07/2020 10:00

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

09/07/2020 09:46

Epargne logement : le PEL conserve-t-il encore un intérêt ?

Le PEL a certes perdu beaucoup de son attrait. Mais si vous anticipez une remontée des taux d’intérêt à moyen…

09/07/2020 09:21

Forte baisse du CAC 40 qui repasse sous les 5.000 points

L’indice phare de la Bourse parisienne a cédé 1,24% aujourd’hui et est retombé sous les 5.000 points. Les inquiétudes liées…

08/07/2020 18:42

5G: ses défenseurs estiment qu’elle est “absolument indispensable pour entrer dans l’économie du XXIe siècle”

Après Xavier Niel, le PDG de Free, c’est Gilles Babinet, le vice-président du Conseil national du Numérique, qui a pris…

08/07/2020 16:54