Offres de chauffage à 1 €: l’UFC-Que choisir alerte sur une flambée des prix

L’État propose différentes aides pour inciter les ménages français à réaliser des travaux d’économies d’énergie : crédit d’impôt pour la transition énergétique, réduction de la TVA, chèque énergie, etc… Avec la mise en place de ces « coups de pouce », certaines entreprises labellisées ont lancé des offres à 1 € pour remplacer son système de chauffage. Cependant, pour l’UFC-Que choisir, la multiplication de ces offres a conduit à une envolée des prix.

Explosion des prix des équipements

Ainsi, pour remplacer une vieille chaudière par une chaudière gaz à condensation performante, il faut normalement compter entre 3 000 et 5 000 €. Pour la pose d’une pompe à chaleur, un devis correct avoisine les 12 000 €. L’association de consommateurs a constaté des prix qui vont bien au-delà voire doublent. « Depuis que ce nouveau dispositif est entré en vigueur, on voit des poses de chaudières gaz facturées 8 800 €, voire 9 600 € ! », précise l’UFC-Que choisir. Même envolée pour une pompe à chaleur avec des factures à 20 900 ou 24 900 €.

« Mais si cette dérive scandaleuse des prix existe, c’est à cause des certificats d’économie d’énergie, un système opaque qui finance en partie les offres de chauffage à 1 € et qui a déjà débouché sur de nombreuses arnaques en matière d’isolation des combles à 1 € », dénonce l’association.

Les offres à 1 € reposent sur des dispositifs « coups de pouce » mis en place par le gouvernement et financé par les fournisseurs d’énergie. En échange de travaux de rénovation énergétique chez des ménages modestes, les entreprises obtiennent des certificats d’économies d’énergie. Les consommateurs aux faibles revenus reçoivent des primes, empochées par les fournisseurs, qui selon leur niveau peuvent compenser le prix des travaux, d’où une offre à 1 €.

A LIRE >> Economies d’énergie: attention aux promesses, pas toujours honnêtes, des travaux à 1 euro

Dérives et arnaques liées au dispositif des certificats d’économies d’énergie

« Or en réalité, son coût intégral est intégré dans le prix de vente des produits, qu’il s’agisse des carburants, du fioul, du gaz ou de l’électricité », regrette l’UFC-Que choisir. Il s’agit donc d’une dérive de ce dispositif qui fait peser le prix des équipements sur les consommateurs, tout en bénéficiant des aides publiques. Les offres à 1 €, que ce soit pour le chauffage ou l’isolation énergétique, existent mais ce dispositif a mené des entreprises peu scrupuleuses à effectuer des travaux bâclés, à démarcher malhonnêtement et à surfacturer leurs services.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Créances: des huissiers et des sociétés de recouvrement épinglés par la DGCCRF

38% des professionnels contrôlés par la DGCCRF dans le secteur du recouvrement amiable de créances ont des pratiques commerciales abusives.

14/08/2020 16:54

Accord d’intéressement: l’Urssaf aide les TPE à le mettre en place

Les patrons de TPE ont jusqu’au lundi 31 août pour demander l’aide en ligne de l’Urssaf, et être accompagnés gratuitement…

14/08/2020 15:41

Immobilier: vers une dissociation du foncier et du bâti pour réduire les coûts?

Un projet de loi vise à dissocier le foncier du bâti, afin de permettre aux ménages modestes de devenir propriétaires…

14/08/2020 12:40

Coronavirus: quand peut-on se faire rembourser ses frais de scolarité?

Des étudiants montent au créneau. Face à l’annulation de cours en raison du confinement, ils ont ont trouvé le moyen…

14/08/2020 12:21

Néobanques: en difficulté, Revolut augmente ses tarifs

Revolut a été contrainte de pratiquer des modifications tarifaires. Les comptes gratuits sont les premiers concernés par ces évolutions.

14/08/2020 10:25

« Faire table rase de l’existant fiscal », selon Frédéric Douet

Frédéric Douet, professeur agrégé de droit à l’université de Rouen, livre avec son "Anti-manuel de psychologie fiscale" (Enrick B éditions),…

14/08/2020 09:23