Les prix du pétrole en fort repli en raison du Coronavirus

Les cours de l’or noir baissent depuis plusieurs jours en raison des craintes des marchés sur l’impact de la pandémie sur l’économie mondiale.

La baisse des prix du pétrole pourrait se traduire par un repli des prix à la pompe. Crédit: iStock.

Victime collatérale du coronavirus, le pétrole s’inscrit en fort repli depuis plusieurs jours dans un marché qui continue de s’inquiéter de la propagation du virus.

Le baril de WTI, la référence américaine, est tombé à son niveau le plus bas depuis janvier 2019, sous la barre des 50 dollars. De son côté, le baril de Brent de la mer du Nord s’établit autour de 54 dollars, alors qu’il s’élevait à plus de 60 dollars il y a encore une semaine.

« Les craintes d’une pandémie mondiale de Covid-19 se multiplient suite aux dernières informations en provenance d’Europe et des Etats-Unis, et affectent également les marchés financiers : la confiance des investisseurs en souffre fortement », explique Eugen Weinberg, analyste pour Commerzbank.

L’épidémie, qui est apparue en décembre dans le centre de la Chine où elle a atteint un pic, touche de plus en plus de pays, y compris en Europe : elle concerne désormais, Chine mise à part, plus d’une trentaine d’Etats.

Le repli attendu de la demande pourrait s’accentuer

« Les perspectives concernant la demande (de pétrole) qui, selon le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie, sera la plus faible depuis une décennie cette année quoi qu’il arrive, pourraient se détériorer encore plus à en juger par les remarques qu’il a faites hier à Londres », souligne M. Weinberg.

A LIRE>>> Le prix du pétrole en baisse, craintes d’un surplus d’or noir

« Si l’Opep tarde trop à prendre des mesures pour contrer l’impact sur la demande, les prix pourraient tomber assez vite, avec un baril de Brent pas si loin de 50 dollars », renchérit Craig Erlam, analyste pour Oanda.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés, dont la Russie, se réunissent la semaine prochaine à Vienne, en Autriche, pour se mettre d’accord sur une stratégie afin de soutenir les cours.

En attendant, cette situation pourrait faire des heureux : les automobilistes, qui pourraient voir les prix à la pompe baisser.

Sur le même thème

Prix de l'énergie

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique