Catégories : Energie

Fournisseurs d’énergies: le nombre de litiges explose

22 807 en 2019 contre 16 934 en 2018, soit 35% de litiges en plus comptabilisés par le médiateur national de l’énergie, qui publie, ce mardi 16 juin son rapport annuel. Parmi les litiges opposants des particuliers aux fournisseurs, ENI totalise à lui seul 329 plaintes (soit près de une sur cinq), pour 100 000 contrats de gaz ou d’électricité en portefeuille. Engie en engrange 96, et Total Direct Energie, 93. Ekwateur et EDF suivent avec respectivement 42 et 39 litiges.

Pour le médiateur, Olivier Challan Belval, l’augmentation du nombre des litiges est multifactorielle. Elle s’explique, notamment, par une activité plus intense sur le marché concurrentiel et le déploiement des compteurs communicants. En effet, celui-ci peut mettre au jour des problèmes antérieurs. Une augmentation de la notoriété du médiateur et des dysfonctionnements rencontrés par certains fournisseurs d’énergie, notamment ENI, dans la relation qu’ils entretiennent avec leurs clients est également à prendre en compte.

Un manque de respect des procédures

Ces dossiers litigieux pourraient cependant être moins nombreux, selon le médiateur. « Il n’est pas normal que le médiateur national de l’énergie soit saisi d’autant de litiges qui auraient pu, et surtout dû, se régler sans mon intervention si les opérateurs du secteur de l’énergie avaient appliqué strictement les règles et procédures qui s’imposent à eux », explique-t-il, avec tout particulièrement dans le viseur le respect du code de la consommation. Par ailleurs, il s’étonne de la quantité de ces litiges qui auraient dû être réglés au stade de la réclamation, sans que son intervention ne soit nécessaire.

A LIRE >> Énergie: un commercial raconte les pratiques scandaleuses du démarchage

En effet, près de 50% des recommandations émises par le médiateur portent sur des problèmes de facturation des consommations. Les index estimés lors de l’activation ou de la résiliation des contrats, les mauvaises références de compteurs, les échéanciers de mensualisation sous-évalués ou les facturation au-delà de 14 mois de consommation sont autant de sujets récurrents dont le médiateur est saisi. Si elles ne sont pas contraignantes, 85 % des médiations sont suivies en totalité par les opérateurs. Depuis 2016, le nombre de litiges a explosé de 86%. 

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Accord d’intéressement: l’Urssaf aide les TPE à le mettre en place

Les patrons de TPE ont jusqu’au lundi 31 août pour demander l’aide en ligne de l’Urssaf, et être accompagnés gratuitement…

14/08/2020 15:41

Immobilier: vers une dissociation du foncier et du bâti pour réduire les coûts?

Un projet de loi vise à dissocier le foncier du bâti, afin de permettre aux ménages modestes de devenir propriétaires…

14/08/2020 12:40

Coronavirus: quand peut-on se faire rembourser ses frais de scolarité?

Des étudiants montent au créneau. Face à l’annulation de cours en raison du confinement, ils ont ont trouvé le moyen…

14/08/2020 12:21

Néobanques: en difficulté, Revolut augmente ses tarifs

Revolut a été contrainte de pratiquer des modifications tarifaires. Les comptes gratuits sont les premiers concernés par ces évolutions.

14/08/2020 10:25

« Faire table rase de l’existant fiscal », selon Frédéric Douet

Frédéric Douet, professeur agrégé de droit à l’université de Rouen, livre avec son "Anti-manuel de psychologie fiscale" (Enrick B éditions),…

14/08/2020 09:23

Coronavirus: les SCPI résistent plutôt bien à la crise

Avec un taux moyen de recouvrement des loyers de 78%, les SCPI tiennent bon rassure l’Observatoire des SCPI de LINXEA.

14/08/2020 09:17