5G: ses défenseurs estiment qu’elle est “absolument indispensable pour entrer dans l’économie du XXIe siècle”

Après Xavier Niel, le PDG de Free, c’est Gilles Babinet, le vice-président du Conseil national du Numérique, qui a pris la défense de la 5G, dont les opposants dénoncent des risques pour la santé et l’environnement ou craignent une hausse du vol des données personnelles.

Les enchères pour l'attribution des fréquences de la 5G auront lieu fin septembre. Crédit: iStock.

La 5G revêt un enjeu « d’efficacité économique », a estimé Gilles Babinet, mercredi 8 juillet sur franceinfo. Alors que son déploiement suscite de nombreuses critiques, le vice-président du Conseil national du Numérique assure que « la technologie 5G, c’est un peu l’électricité de demain, c’est une technologie qui va s’avérer absolument indispensable pour entrer dans l’économie du XXIe siècle »

Contrairement à ce que dénoncent « certains écologistes », Gilles Babinet se défend en disant « que l’impact de la technologie numérique sur l’environnement est très nettement positif ». De la même manière, il balaie les risques d’un accroissement de l’utilisation du numérique poussé par la mise en place de cette technologie et donc du vol de données personnelles avancé par certains détracteurs de la 5G. Le vice-président du Conseil national du Numérique met en avant des solutions comme la mise en place de « standards moyens » par défaut.

Un manque d’ambition

Pour lui, le vrai problème tient au manque d’ambition de la France. Il estime que le gouvernement ne s’est pas suffisamment soucié de la science. « Je pense que le drame de nos gouvernements, c’est qu’il y a un ou deux scientifiques, un ou deux ingénieurs », quand en Allemagne ou dans certains pays d’Asie près de « la moitié du gouvernement » est composé de « gens issus de la science ».

A LIRE >> Mobile: les Français seraient prêts à payer plus pour la 5G

Plus tôt dans la matinée, Xavier Niel, avait également pris la défense de la 5G au nom de « l’attractivité économique de la France ». Le PDG de Free, qui vient de lancer sa nouvelle box, juge impensable que la France soit l’unique pays à ne pas déployer la 5G. « C’est une technologie plus moderne donc elle consomme moins d’énergie. L’empreinte écologique est meilleure avec la 5G qu’avec les autres technologies passées », a-t-il expliqué, avant d’inviter les utilisateurs qui craignent une augmentation du trafic, avec l’arrivée de la 5G, à réfréner leur utilisation des réseaux sociaux. 

Les enchères fin septembre

En France, l’attribution des fréquences pour la dernière génération de réseau télécom sera accordée dès septembre. Entre le 20 et le 30 plus exactement. Prévues mi-avril, les enchères avaient été reportées à cause du coronavirus. Invoquant le fait que la 5G n’est pas une priorité, vu le contexte économique et les craintes qu’elle suscite, mais aussi son manque de maturité, le patron de Bouygues plaidait pour décaler les enchères à la fin 2020, voire au début 2021. Du côté de chez SFR, le discours était similaire. Pour autant, le gouvernement n’a pas demandé le report des enchères.

Sur le même thème

5G Données personnelles Enchères internet Téléphonie

Réactions et commentaires

Sur la même thématique