Se connecter S’abonner

Vie pratique

« Abus de faiblesse dans les contentieux successoraux : comment tenter de l’éviter et le combattre ? »

La disparition d’un proche peut être source de conflits familiaux, en particulier lorsque le décès est intervenu à la suite d’une maladie susceptible d’altérer le consentement, telle la maladie d’Alzheimer. Un héritier peut alors découvrir qu’un tiers, ou un autre héritier, a profité de l’état faiblesse du défunt pour l’inciter à réaliser des actes dans son seul intérêt sans considération de la volonté du de cujus. Par Stéphane Micheli, associé chez Herald.

Newsletter

Saisissez votre email et recevez gratuitement notre newsletter
dédiée aux actualités financières et fiscales