Cinq ans après l’arrivée d’un enfant, les femmes perdent un quart de leur salaire

Une étude de l’Insee montre qu’avoir un enfant pénalise les femmes salariées, alors que cela n’a pas ou peu d’effet sur les revenus des hommes.

Cette baisse de salaire s'explique majoritairement par les moments où les femmes arrêtent le travail de façon temporaire, ou quand elles réduisent leur nombre d'heures travaillées. Crédit: iStock.

Les femmes françaises gagnent en moyenne 23,7% de moins que les hommes. Et l’arrivée d’un enfant ne fait que creuser cet écart puisqu’elles y perdent un quart de leur salaire, selon une étude de l’Insee. « Cinq ans après l’arrivée d’un enfant, les mères perdent en moyenne environ 25 % de leurs revenus salariaux, par rapport à ce qui se serait produit sans cette arrivée », indique l’institut qui a étudié ces situations sur dix ans, entre 2005 et 2015.

Arrêt temporaire ou réduction du nombre d’heures

Cette baisse de salaire s’explique majoritairement par les moments où les femmes arrêtent le travail de façon temporaire, ou quand elles réduisent leur nombre d’heures travaillées, par exemple en passant à un temps partiel, pour s’occuper de leur enfant. Pour les pères, l’étude ne remarque quasiment aucun impact, « hormis pour les mieux rémunérés d’entre eux qui augmentent leur activité ».

A LIRE >> Seules 4 entreprises ont décroché la note maximale de l’index égalité femmes-hommes

Les femmes les moins rémunérées perdent 38% de leurs salaires

L’arrivée d’un enfant est synonyme de perte de revenus pour la plupart des femmes, mais les écarts sont grands entre celles qui ont des salaires élevés et les autres. Pour les mères aux salaires les plus bas, parmi les 5% les moins bien rémunérés, l’arrivée d’un enfant équivaut à perdre 38% de leurs revenus. Et la diminution continue avec le deuxième et le troisième enfant, où ces femmes perdent 50% puis 57% de leurs salaires.

Les femmes moins rémunérées sont d’autant plus incitées à rester à la maison, arrêter de travailler temporairement ou réduire leur temps d’activité. « Ces incitations incluent le coût d’opportunité d’une diminution d’activité et le coût de la garde d’un jeune enfant, net des subventions du système socio-fiscal », précise l’Insee.

Sur le même thème

femmes salaire

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique