Se connecter S’abonner

Salaires et taux de chômage: les inégalités hommes-femmes augmentent avec l’ancienneté


Une étude de l'Insee démontre qu'avec l'ancienneté, les femmes sont plus touchées que les hommes par le sous-emploi. Les écarts de salaires sont également plus importants dès le milieu de carrière.

« Les différences sur le marché du travail entre femmes et hommes tendent à se réduire, mais ce constat varie selon la durée passée depuis la fin des études initiales », écrit l’Insee. Dans une étude publiée mercredi 13 novembre, l’institut met en avant les écarts de salaires et de taux d’activité entre les femmes et les hommes en fonction de leur ancienneté. À partir du milieu de carrière, les femmes gagnent moins que les hommes et sont plus touchées par le sous-emploi.

410 euros de moins après 11 ans d’ancienneté

Après 11 ans d’ancienneté, les femmes gagnent ainsi 410 euros de moins que les hommes. En début de carrière l’écart de salaire mensuel net médian atteint 100 euros. Avec les années, le salaire des hommes augmente donc plus vite que celui des femmes. Cela peut-être expliqué en partie par le fait que les femmes soient plus souvent en temps partiel. L’Insee cite également les positions socioprofessionnelles moins favorables dans des secteurs d’activité moins rémunérateurs et l’effet des interruptions d’activité sur les trajectoires professionnelles.

Lorsqu’elles commencent leur travail, les femmes ont un taux d’activité proche de celui des hommes. Un an à quatre ans après la fin de leurs études, les femmes ont un taux d’activité de 83% contre 85% pour les hommes. En revanche, 11 ans après la fin de leur formation, les hommes sont actifs à 89% contre 81% pour les femmes. « Ces différences selon la durée passée depuis la fin des études initiales traduisent des parcours différenciés selon le sexe au fil de la carrière, liés notamment à la maternité et aux décisions d’activité des parents », explique l’Insee.

A LIRE >> Réforme des retraites: les pistes pour réduire les inégalités hommes-femmes

12% des femmes en sous-emploi contre 7% des hommes

Une fois en emploi, les femmes sont plus touchées par le sous-emploi, soit par un travail à temps partiel alors qu’elles souhaitent travailler plus. Avec un à quatre ans d’ancienneté, 12% des femmes sont en situation de sous-emploi contre 7% des hommes. En début de carrière, en revanche, les femmes sont moins au chômage que les hommes. En 2018, cela concerne 15% des jeunes femmes contre 11% des hommes.