Test d’angine en pharmacie : vous allez gagner du temps et de l’argent

Mieux diagnostiquer les angines et plus rapidement : le gouvernement souhaite que les pharmaciens puissent tester les patients directement dans les officines et propose de rembourser les tests.

D'ici 2020, les tests d'angine seront remboursés par la Sécurité sociale. Crédit: Istock

Et si l’on ne passait plus par le médecin pour diagnostiquer son angine ? Le gouvernement a annoncé lundi 25 mars qu’il avait l’intention de rembourser, via la Sécurité sociale, des tests rapides qui permettent de savoir si l’angine est virale ou bactérienne, explique Le Parisien. Le gouvernement souhaite que ce test puisse avoir lieu directement dans les pharmacies : l’un des buts est de désengorger les cabinets médicaux.

Limiter les prescriptions d’antibiotiques

Si l’angine est d’origine virale, elle se traite avec des antalgiques que le pharmacien pourra directement délivrer au patient. Si le test conclut que l’angine est bactérienne, alors le patient sera réorienté vers son médecin pour obtenir des antibiotiques.

A LIRE >>> Les députés autorisent les pharmaciens à délivrer certains médicaments sans ordonnance

Car l’autre objectif du gouvernement, c’est d’éviter la prescription d’antibiotiques inutiles, en affinant le diagnostic. « Environ 10% des prescriptions d’antibiotiques correspondent à un traitement pour angine (9 millions de cas chaque année) alors que 80% des angines sont dues à des virus, donc ne nécessitent pas d’antibiotique » mais des antalgiques contre la fièvre et la douleur, explique le gouvernement. La prescription abusive des antibiotiques coûte cher, près de 20 millions d’euros par an. De plus, les bactéries résistent de plus en plus à ces médicaments.

Dès le 1er janvier 2020

Ce test, que les médecins peuvent aussi pratiquer (mais 40% des médecins généralistes n’en commandent pas), sera généralisé dans les pharmacies à partir du 1er janvier 2020. Les autorités sanitaires se donnent le temps de la concertation avec les professionnels de santé. Ces Test rapides d’orientation diagnostique (TROD) fonctionnent avec un grand coton-tige qui permet de faire un prélèvement dans la gorge du patient. Mis en réaction, il permet d’avoir un résultat clair en une dizaine de minutes pour une dizaine d’euros.

Cependant, tout le monde n’accueille pas favorablement cette mesure. Pascal Charbonnel, vice-président du collège de la médecine générale a déclaré, au micro de RMC, que l’on « a pas besoin d’eux (les pharmaciens, NDLR) pour faire des tests dans des conditions qui ne sont pas les bonnes, et les interpréter alors qu’ils n’ont pas la connaissance nécessaire pour ça. […] On ne peut pas opposer les professions les unes contre les autres dans ce type de situation. »

Sur le même thème

santé Sécurité sociale

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique