Se connecter S’abonner

La carte Vitale sur smartphone testée « dès cette année »

Cette "version dématérialisée" de la carte Vitale va bientôt être testée via une application mobile. Les ordonnances devraient aussi être dématérialisées.

Une « appli carte Vitale » pour smartphone sera expérimentée « dès cette année », en vue d’une généralisation à partir de 2021, selon la « feuille de route du numérique en santé » présentée jeudi par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Cette « version dématérialisée » de l’indispensable carte verte sera testée dès cet été, après la « publication d’un décret d’expérimentation », selon cette « feuille de route » diffusée par le ministère.

A LIRE >>> Ameli.fr, véritable mine d’or pour les économes

Le projet n’est pas nouveau et figure dans la convention d’objectifs et de gestion de la Caisse nationale d’assurance maladie pour la période 2018-2022. Conçue pour répondre à « la demande des patients d’accéder à des droits à jour en toute circonstance et de bénéficier de démarches en ligne », cette « appli carte Vitale » sera « destinée à devenir (leur) outil d’identification et d’authentification dans le système de santé », ajoute le ministère.

Ordonnances, actes infirmiers et analyses sur le même chemin

Cette mesure fait partie des 26 « actions » du plan de Mme Buzyn pour « accélérer le virage numérique » dans le secteur, dont certaines sont déjà connues, comme le déploiement du dossier médical partagé (DMP) ou de la télémédecine.

A LIRE >>> Future plate-forme géante de données de santé: outil prometteur, sujet sensible

La ministre veut également « dématérialiser » les ordonnances, en commençant par les prescriptions de médicaments, qui représentent 50% de cette masse de documents: une expérimentation « débutera dès 2019 », avant un « début de généralisation » à partir de 2020.

Les actes infirmiers et les analyses biologiques suivront le même schéma un an plus tard, puis les kinés l’année suivante. La « e-prescription » doit permettre de « sécuriser le circuit de transmission de l’ordonnance et favoriser la coordination entre les professionnels », explique le ministère.