Huîtres, moules, palourdes… multiplication des rappels sanitaires

En plus des interdictions à la vente, les rappels de coquillages se multiplient dans les grandes surfaces. Beaucoup sont contaminés par le norovirus, le principal responsable de la gastro-entérite.

Les huîtres fines bretonnes, notamment, font l'objet d'un rappel. Crédit: iStock.

Plusieurs bassins de production de coquillages sont à l’arrêt dans le Morbihan et la baie du Mont-Saint-Michel après que des huîtres ont contracté une gastro-entérite transmissible à l’homme. L’épidémie, qui a débuté pendant les fêtes de fin d’année se poursuit, et touche d’autres coquillages comme la moule de bouchot ou les palourdes. Après des interdictions de vente, certains coquillages font désormais l’objet de rappels, informe 60 millions de consommateurs.

C’est le cas des moules de bouchot, elles aussi produites dans la baie du Mont-Saint-Michel. Dans les magasins Carrefour, les palourdes de pêche Pavillon France et d’élevage sont aussi visées par des rappels. Il en va de même pour les huîtres fines bretonnes et les coques de pêche de l’entreprise Thaëron.

Comment se faire rembourser ?

Dans les magasins U, les huîtres fines bretonnes, les coques d’élevage et de pêche, et les palourdes dites « japonaises » font elles aussi l’objet de rappel. Si comme chez Carrefour les produits contaminés ont été retirés de la vente, certains ont été commercialisés avant la mesure de retrait.

A LIRE >> Près de 25 tonnes d’huîtres volées cette année, soit quatre fois plus qu’en 2018

Il est recommandé aux personnes qui seraient en possession de lots potentiellement contaminés de se rapprocher de leur commerçant. Si nécessaire, elles pourront rapporter leurs coquillages à l’accueil du magasin et obtenir un remboursement.

Sur le même thème

consommateurs Consommation Grande distribution santé

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique