Coronavirus: Emmanuel Macron parle de « choc massif » concernant l’économie

À l’approche du déconfinement annoncé pour le 11 mai, Emmanuel Macron a visité une école dans les Yvelines : le président de la République a parlé à cette occasion d’un « choc massif économique » de la crise liée au Covid-19.

Emmanuel Macron a rappelé l’importance du dispositif de chômage partiel. Crédit photo : Jacques Witt/SIPA

Le président de la République a parlé de « choc massif économique » : Emmanuel Macron répondait ce mardi 5 mai à une question des journalistes de TF1, lui demandant s’il craignait un écroulement économique en raison de la crise sanitaire.

Le chef de l’État a aussi parlé d’une « nation forte » et d’une certaine « crédibilité » de la France, ce qui permet d’emprunter sur les marchés. Emmanuel Macron a rappelé l’importance du dispositif de chômage partiel, « le plus généreux au monde », avant de rappeler : « c’est comme ça qu’on évite les licenciements ».

Des contraintes fortes pour les entreprises et des conditions sanitaires difficiles

Le président français a précisé que les contraintes étaient fortes pour les entreprises, et des conditions sanitaires difficiles, ce qui aura pour conséquence, parfois, de réduire « l’activité des entreprises ». Il a demandé par ailleurs « la compréhension des employeurs » si l’école des enfants de leur employé n’est pas ouverte ; si l’employé doit, par exemple, partir plus tôt pour aller chercher son enfant. « L’employeur doit comprendre », a précisé Emmanuel Macron.

Des précisions jeudi 7 mai sur le déconfinement

Jeudi 7 mai, à l’issue d’un conseil de Défense, toutes les précisions seront données.  L’objectif est de partir sur trois semaines de test à partir du 11 mai, avec la réouverture des commerces et des entreprises. « On va regarder l’évolution de l’épidémie » a encore déclaré le chef de l’État, rappelant l’importance des gestes barrière.

Les écoles rouvriront progressivement, le 12, le 14 mai, ou plus tard

Le président de la République a aussi répété mardi 5 mai que les écoles rouvriront progressivement à partir du 11 mai. « Le 12 ou le 14 ou plus tard, pour tous les enfants qui ont besoin de retourner à l’école » a déclaré Emmanuel Macron.

Les élus de la région parisienne sont particulièrement inquiets de la reprise de l’école la semaine du 11 mai. Ils sont 329 maires d’Ile-de-France, donc la maire de Paris Anne Hidalgo, à avoir écrit au président Emmanuel Macron pour lui demander de repousser la réouverture des écoles à une date ultérieure, dénonçant un déconfinement « à marche forcée ».

De plus, les parents s’inquiètent, eux aussi, de la sécurité des écoliers, et ils sont nombreux à annoncer les garder à la maison. Un protocole sanitaire très strict doit encadrer la réouverture des écoles : bureaux espacés d’au moins un mètre, lavage de mains à répétition, port du masque obligatoire, ou conseillé en fonction des âges des élèves.

À LIRE>> Emmanuel Macron annonce de nouvelles aides pour les familles précaires et les entreprises

Lundi 4 mai, le Sénat a refusé de valider le plan de déconfinement du gouvernement (89 voix contre, 81 pour et 174 abstentions), mais cela n’a pas de conséquence majeure sur sa mise en œuvre. En dehors de l’école, d’autres inquiétudes concernent les transports en commun. Le respect des règles de distanciation sera difficile à appliquer.

Sur le même thème

Coronavirus Economie entreprise Entreprises

Réactions et commentaires

Sur la même thématique