Se connecter S’abonner

Sécurité sociale : la commission des comptes s’attend à un déficit « historique » 

La crise du coronavirus aura pour effet d’aggraver le « trou » de la Sécurité sociale de manière inédite, selon le dernier rapport de la commission des comptes. 

En 2010, suite à la crise financière qui a touché le monde et la France, le déficit de la Sécurité sociale atteignait 28 milliards d’euros. Cette année, la pandémie de Covid-19 devrait créer un trou de 52 milliards d’euros, selon les prévisions de la commission des comptes. Il s’agirait d’une « dégradation historique ». Dans son rapport de juin, la commission décrit ainsi « une épidémie sans précédent depuis l’instauration de la sécurité sociale par son intensité et ses conséquences économiques et sociales ».

De « quasi-équilibre » à 52 milliards d’euros de déficit 

En 2019, pourtant, le régime général côtoyait une situation de « quasi-équilibre » avec un déficit de 0,4 milliard d’euros. Cette année, il pourrait donc atteindre 50 milliards auxquels s’ajoutent les 2 milliards de trou du Fonds de solidarité vieillesse (FSV). La dégradation « la plus spectaculaire » reste bien celle de la branche maladie avec 31,1 milliards d’euros, « atteignant à elle seule un niveau de déficit comparable à celui de l’ensemble de la sécurité sociale après la crise financière de 2008-2009 », précise le secrétaire général de la commission des comptes de la Sécurité sociale. 

Cette dégradation inédite s’explique par une conjoncture envisagée défavorable : baisse du PIB de 11%, « diminution de la masse salariale du secteur privé de 9,7% ». D’ici la fin de l’année, la commission prévoit la perte de 1,2 million d’emplois par rapport à la même période l’année dernière. La Sécurité sociale enregistrera d’importantes pertes de recettes, les cotisations sociales déclineront de 6,9%, les recettes de la TVA de 14,3%, à cause d’une baisse de la consommation. 

A LIRE >> Les dépenses de santé ont chuté en avril selon l’Assurance-maladie

Une détérioration « brutale et rapide »

« Jamais la Sécurité sociale n’a subi une détérioration aussi brutale et rapide de ses comptes », note le rapport. Avant la crise financière de 2008, les déficits les plus élevés atteignaient 9,9 milliards d’euros, en 1995 et 13,6 milliards d’euros en 2005. Le « trou » de 2020 serait ainsi environ deux fois plus important que les 28 milliards d’euros de 2010. Entre 2009 et 2010, la dégradation a été de 14,1 milliards d’euros. Entre 2019 et 2020, elle s’élèverait à 50,1 milliards d’euros.