Catégories : Vie Pratique Voyage

Voici à quoi ressemble le « TGV du futur », la prochaine génération conçue par Alstom pour la SNCF

Fournisseur historique de la SNCF depuis le début du TGV en 1981, Alstom planche désormais sur la prochaine génération de trains à grande vitesse. Il doit livrer la première rame en 2023, sur une première commande de 100 unités. 

Le nom donné à ce « TGV du futur » par la SNCF, « TGV 2020 » (prononcer vingt-vingt), résumait certains points clefs du cahier des charges: il devait être 20% moins cher à l’achat et à exploiter, et consommer 20% d’énergie en moins, et être livré à l’horizon 2020.

A LIRE >>> TER: la SNCF veut multiplier les moyens de vendre des billets

Alstom l’appelle de son côté « Avelia Horizon ». Le groupe, qui avait remporté un appel d’offres de la SNCF en 2016 sur la définition du train du futur, a encore dû négocier pendant deux ans avant de signer en juillet 2018 pour une commande ferme de 100 rames: un contrat de 2,7 milliards d’euros avec les options et les services. La première rame doit être livrée en 2023 et la dernière en 2031, sachant que 100 options sont également prévues.

S’il est aussi long qu’une rame actuelle, le « TGV du futur » aura des motrices plus courtes, permettant de caser neuf voitures au lieu de huit actuellement – et transporter jusqu’à 740 passagers, contre 556 actuellement. On pourra au besoin enlever deux voitures pour faire rouler des trains moins longs, de sept voitures. 

Un confort voyageur largement améliorée

Alstom promet une grande modularité: on pourra selon le constructeur transformer assez facilement l’intérieur des trains –par exemple en faisant évoluer un wagon de 1ère en 2e classe– sans travaux lourds, aménager des espaces ludiques ou calmes… et le coût de maintenance doit baisser de 30%.

A LIRE >>> Train: les droits des passagers des trains en retard bientôt renforcés

Le groupe annonce aussi de plus grandes baies vitrées, une meilleure climatisation, une meilleure accessibilité avec notamment des portes plus larges et même un « bar cathédrale » sur les deux niveaux.

Sur un concept assez similaire, mais avec des rames à un seul niveau, Alstom a vendu des TGV aux Etats-Unis baptisés « Avelia Liberty ». 

Le groupe français estime qu’un quart des trains à grande vitesse en circulation dans le monde ont été construits par lui, ou en utilisant ses technologies. Il dit avoir vendu 1.096 trains à grande vitesse, dont 728 TGV à la SNCF et à ses affiliés. 

Selon Laurent Jarsalé, responsable de la plateforme grande vitesse chez Alstom, le marché « accessible » des trains à grande vitesse –c’est-à-dire sans la Chine et le Japon, marchés fermés– pèse de 5 à 6 milliards d’euros. Ce segment, « plutôt en croissance », représente environ 18% du marché global du matériel roulant, dit-il

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP
Mots-clés : Prix des vacancesSNCF

Articles récents

Même avec 200.000 km au compteur, une voiture doit fonctionner

Même usagé, tout objet mis en vente par un commerçant doit être en état de fonction er s’il a été…

19/05/2019 21:41

Miel: un marché mondial marqué par des trafics en tous genres

Avec une offre inférieure à la demande, le miel est impacté par la surmortalité des abeilles mais aussi par des…

19/05/2019 17:32

Décrocher son Working Holiday Visa pour visiter l’Australie et y travailler de façon ponctuelle

Etudier en Australie tout en ayant la possibilité de travailler de-ci de-là durant son séjour nécessite l’obtention d’un visa particulier.…

19/05/2019 15:32

Après les smartphones, les écrans flexibles s’invitent… sur des sacs à main

Louis Vuitton s’est associé à Royole, qui a commercialisé en premier son smartphone pliable, pour livrer des sacs avec écrans…

19/05/2019 12:16

Immobilier : 5 choses à faire avant d’acheter un bien à l’étranger

Cultures différentes, règles territoriales et supraterritoriales complexes : les conséquences de l’impréparation peuvent être lourdes lorsque l’on investit hors du…

19/05/2019 08:00

Américains accidentels: dénoncer l’accord fiscal est « parfaitement envisageable »

La solution, radicale, permettrait de stopper le calvaire administratif et fiscal de milliers de français nés accidentellement aux Etats-Unis.

18/05/2019 16:45