Mieux Vivre Votre Argent

Le gouvernement veut que vous soyez plus nombreux à partir en vacances

Crédit: iStock.

Un chiffre qui était présenté comme un record : en 2018, 66% des Français sont partis en vacances, selon le cabinet Raffour interactif, soit 35,5 millions de personnes. Le budget pour le principal séjour de l’année était stable, autour de 2 200 euros en moyenne. La plupart choisissent d’économiser sur le mode de transport pour s’offrir un meilleur hébergement et de se serrer la ceinture le reste de l’année pour que ce moment de détente et de découverte soit meilleur, rapporte Le Figaro. Et surtout, 80% des Français qui sont partis ont choisi la France comme destination.

Faire mieux

Malgré ce constat, le gouvernement a envie de faire encore mieux, puisque finalement, 34% de la population nationale ne part pas en vacances. L’exécutif a confié à la députée La République en marche (LREM) Pascale Fontenel-Personne, une mission pour « identifier des pistes d’action afin de développer le tourisme domestique », « pour l’ensemble des Français », selon une lettre de mission envoyée par le Premier ministre Edouard Philippe à la députée mi-mars et que Dossier familial s’est procurée.

A LIRE >>> Aides aux vacances et chèques vacances de la CAF : qui peut en bénéficier ?

Selon l’exécutif, la proportion de Français qui partent en vacances en 2018 est la même « qu’en 1995, après avoir atteint un point bas en 2008 » à 52%. Mais elle varie terriblement selon les revenus : la missive indique « 82% de partants parmi les hauts revenus, 46% parmi les bas revenus ». Aussi, « les jeunes (15-24 ans) et les seniors de 65 ans et plus sont ceux qui partent le moins (59 % pour les premiers, 60 % pour les seconds) ».

Réorganiser les aides actuelles ?

Alors que certains ont fait remonter durant le grand débat leurs difficultés à partir en vacances, Edouard Philippe demande à Pascal Fontenel-Personne de réfléchir sur les moyens qui permettraient « d’augmenter le nombre de départs des plus fragiles en vacances et de valoriser les dispositifs les plus performants ». Le Premier ministre explique qu’il ne veut pas diminuer les aides actuelles mais qu’il faudrait peut-être les réorganiser. Actuellement, plusieurs institutions participent au financement des départs en vacances : l’Agence nationale pour les chèques-vacances, la Caisse nationale des allocations familiales, la Mutualité sociale agricole et la Caisse nationale d’assurance-vieillesse. La députée a jusqu’au 10 septembre pour remettre son rapport.