Le train pas cher avec l’allemand Flixtrain, c’est pour fin 2020

Pour Flixtrain, les trains et les cars sont « fortement complémentaires ». Le positionnement de l’allemand en France : l’équivalent du train Intercités.

En Allemagne, Flixtrain a transporté un million de passagers sur la première année d'exploitation. Crédit: iStock.

Quatre ans après le lancement de ses cars low-cost en France, la compagnie allemande Flixtrain souhaite investir le marché français des grandes lignes ferroviaires commerciales dès son ouverture à la concurrence fin 2020, pour bénéficier « de la forte complémentarité » de ces deux modes de transport, selon directeur général de FlixBus en France, Yvan Lefranc-Morin.

La société FlixTrain, filiale du groupe FlixMobility dont fait également partie FlixBus, s’est portée candidate pour ouvrir cinq lignes au départ de Paris.

A LIRE >>> Ouverture du rail à la concurrence : FlixTrain jette un gros pavé dans la mare

Vous disiez il y a un an ne pas être intéressés par le marché du train en France. Qu’est-ce qui a changé aujourd’hui?

« En réalité, on a jamais dit qu’on n’était pas intéressés. Ce que je disais à l’époque, c’est qu’on a dû faire face sur le marché des cars à une concurrence qu’on a jugée très déloyale. Notamment parce qu’une filiale de la SNCF (OuiBus), financée par le contribuable à fonds complètement perdus, sans aucune logique rationnelle, et qui avait un accès privilégié à toutes les infrastructures de la SNCF, est venue fausser le marché des autocars.

A LIRE >>> Comment la SNCF fait du neuf avec des vieux TGV

Si des garde-fous ne sont pas pris pour permettre une ouverture à la concurrence des trains dans des conditions acceptables pour les nouveaux entrants, ça va être très compliqué. En un an, on a beaucoup discuté avec les autorités. Des dialogues se sont initiés avec SNCF Réseaux, qui va être un de nos principaux interlocuteurs et on trouve que ces discussions vont dans la bonne direction. L’étape qu’on franchit aujourd’hui, c’est un manifeste d’intérêt très fort pour certaines lignes, qu’on a identifiées comme étant à fort potentiel. On estime qu’il est possible de générer sur ces axes-là énormément de demande supplémentaire par rapport à ce qui existe. »

Quel est l’intérêt pour vous de proposer une offre de trains?

« La rationalité de cette transition du car au train, c’est que ce sont les mêmes outils informatiques derrière. Notre valeur ajoutée, c’est de développer de bons systèmes informatiques, de gérer un réseau intelligent et de faire venir les gens. Ce n’est pas de les faire rouler. Nous allons intégrer ces trains dans un réseau beaucoup plus large qui représente aujourd’hui les nouveaux modes de mobilité bon marché.

L’intérêt pour nous, c’est de créer une perméabilité entre le car et le train car on est persuadés de la forte complémentarité de ces modes de transports. Ces lignes ne seront pas concurrente de nos lignes de cars. L’origine et la destination restent les mêmes, mais on va desservir des tracés différents, à des horaires différents, à des prix différents et avec un temps de trajet différent. En Allemagne, ça se passe excessivement bien. On a transporté un million de passagers sur la première année d’exploitation. Il y a un vrai intérêt à faire la même chose ici. L’objectif, c’est d’être prêts en 2021. »

Quelles seront les différences avec les trains actuels?

Réponse: « On n’est pas sur un modèle TGV. Notre positionnement sera l’équivalent du train Intercités. Pour pouvoir offrir des prix compétitifs dans des bonnes conditions de service, il faut que ça soit lisible pour le consommateur, donc on est assez fans de la standardisation. Les voyageurs disposeront tous du Wifi et d’une prise de courant, d’un accès à une offre de divertissement, de snacks bio…

On est capables d’offrir un service qui coûte beaucoup moins cher à la collectivité, qui est beaucoup plus efficace pour un prix souvent beaucoup plus abordable qu’une entreprise publique. On est aussi assez enthousiastes à l’idée de pouvoir étudier la question des trains de nuit (sur le trajet Paris-Nice). Il y a plein de questions opérationnelles qui se posent pour opérer ces trains, donc on attend beaucoup de ce que va dire le gouvernement à leur sujet. »

Sur le même thème

Prix des vacances train Vacances pas chères

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique