Se connecter S’abonner

Si votre prochaine location de vacances se révèle être non conforme à l’annonce, voici comment vous défendre

Le descriptif de la maison que vous envisagez de louer sur un site Internet pour vos vacances de fin septembre est particulièrement alléchant. Mais quels seraient nos recours si elle ne correspondait pas à la présentation et aux photos ?

Vacances
Crédit: iStock.

Si la location de vacances ne correspond pas à la description faite par le loueur, vous devez, sur l’état des lieux d’entrée, muni de l’annonce, relever toutes les différences (situation, surface, voisinage, éléments de confort et d’ameublement…), ne pas verser le solde du prix, confirmer vos réserves en courrier recommandé au propriétaire ou à son représentant (agence immobilière le plus souvent) et exiger une indemnisation.

Quel que soit le défaut constaté, ménagez-vous une preuve, notamment en faisant établir un constat d’huissier. S’il n’est pas possible d’en faire intervenir un, des photos, appuyées par des attestations écrites de témoins, ne seront pas inutiles.

A LIRE >>> Forfaits touristiques: ce qu’il faut savoir avant de réserver vos vacances

Si le litige persiste, il existe plusieurs solutions à mettre en œuvre quand vous êtes encore sur place.

Faites valoir le défaut de conformité

Le défaut de conformité d’une location constitue une infraction au Code de la consommation, soit pour publicité mensongère, soit pour description inexacte. Vous avez la possibilité d’en référer à la direction départementale de la protection de la population (DDPP), dont les agents peuvent dresser un procès-verbal et aller jusqu’à saisir le parquet pour des poursuites pénales.

Par ailleurs, avant d’exercer un recours en justice, signalez le problème au syndicat d’initiative qui dispose d’un registre de doléances ou au syndicat professionnel de l’agence de voyages ou de l’agent immobilier qui vous a loué la maison.

A LIRE >>> Vacances: quelles sont les destinations les plus abordables du littoral français?

N’oubliez pas que les associations de consommateurs sont également habilitées à intervenir pour vous aider à obtenir un règlement amiable du litige. Enfin, vous pouvez porter plainte en vous constituant partie civile, ce qui vous permettra de demander des dommages-intérêts.